10 septembre 2013 ~ 0 Commentaire

Le Croissant De Lune Etoilé

Bonjours a tous

Je vais enfin vous livré mes écris tel que et sans correction rien que du brut.

sachez que le pseudo de ma deuxième vie est Aïcha.

pourquoi Aïcha, allez savoir on ma aussi attribué le surnom de : La Jument mais la je comprend l’allusion à ma paire de fesses et si vous êtes sage et assidues  vous aurez les photos en avant première.

Croissant De Lune Etoilé:

Ce récit se passe dans un bateau qui relie Marseille ( Sète ) a Oran en Algérie.

Pourquoi ce titre, chercher la réponse bien évidement dans le texte. )

bonne Lecture

 

 

 Le Croissant De Lune Etoilé

 

Août mille neuf cent quatre vint cinq, dans les 5X4 familiales bleues de mon père, assis sur le siège passager, pour lui servir de copilote car à cette époque le GPS n’existé pas encore.

Sur la route qui m’emmène en Algérie, pour la période des vacances scolaire qui en réalité durera beaucoup plus longtemps, vraiment beaucoup plus longtemps que prévu, sur cette route que je connais si bien pour l’avoir fait plusieurs fois avec mon père lors de ses différents déménagement qu’il effectué chaque année ( pourquoi croyais vous que beaucoup d’immigré
comme mon père vivent comme des rois au Bled !!! mdr ) En passant par Paris Lyon et Marseille, une pluie torrentielle à
l’arrivée au port de Sète. Le bateau blanc imposant, les voitures en file indienne attendent leurs embarquements qui est prévu pour le lendemain dans la matinée alors pas la peine de s’excité nous avions tout le temps.

Mon père avais réservé un hôtel, je m’en souviens encore L’hôtel Masséna rue de Masséna prés de la gare de Marseille pas très loin du marché. Blanc un peux défraîchi, dans  le hall je pouvais sentir le vieux bois une odeur agréable pour moi, tapis rouge, une baie vitré, des clients a majorité étranger ( vous m’en dirais tant, a Marseille !!!).
Je m’approche du comptoir, le réceptionniste d’une cinquantaine d’année me dévisage sans même prêter attention a mon père qui lui ne voyais rien même quand je sentais le regard  insistant d’un homme de couleur, surement un marocain car je ne pue m’empêcher de me retourner et quand nos regards se sont croisé, il me fit un sourire et un clin d’œil tout en passant langoureusement sa langue sur ses lèvres. Ho mon dieu ! partout ou je vais on pouvais le lire sur mon visage ou peut être
inconsciemment je faisais quelque chose qui les attiré ou leurs disaient qui j’étais. Le réceptionniste me regardai avec un sourire et a son tour il me fit un clin d’œil, j’ai due atterrir dans un hôtel de passe ou d’homos. Mon père me dira plus tard que l’hôtel appartenais a un Kabyle, et que je trouverais ici que des étrangers en partance pour les pays du Maghreb, étonnant non ? quoi qu’il en soit nous montions les escalier car bien sur pas d’ascendeur, et vous aller rire, je me suis retourner encore une fois et la le Marocain passa sa main sur son sexe en me faisant encore un clin d’œil et cela ne gêner personne autour de lui,  le réceptionniste lui me fit un signe de revenir tout a l’heure. Comme toujours dans ses occasions,
l’adrénaline me monte en flèche, je me mis a réfléchir avec une rapidité déconcertante, comment expliquer a mon père mon absence de la chambre, et j’avais déjà trouver la réponse. J’avais remarquer dans le hall, que beaucoup de clients, ainsi que mon marocain regarder la télévision en buvant un thé. a cette époque il n’y avais pas comme aujourd’hui des télévision dans les chambre cela couter trop chère. Alors les hôtel disposer d’un grand écran a la disposition de ses clients qui désiré se détendre devant un thé ou un café offert pas la direction. Je savais que mon père n’aimer pas se mélanger avec
des inconnus et encore moins  regarder la télé avec des personnes qu’il ne connais pas, alors que moi cela ne me déranger
pas au contraire. Je pris une douche et nous sortîmes mon père et moi pour aller diner. Les restaurants de la ville de Sète mon père les connaissais bien, mais nous sommes rester au alentour du port et pour ne pas nous dépaysé, mon
père choisi un restaurant sur le front de mer ou on server du poisson.  Nous dinons tranquillement, mon père me parler
de l’Algérie, de la route qu’il nous rester a faire, moi je l’écouter. et quand nous ures fini nous prime un café, avant de rejoindre notre chambre. Il faisait chaud, lourd, dans le hall toujours le marocain qui cette fois était debout prêt
du comptoir impossible de l’évité il discuter avec le réceptionniste, car quand le réceptionniste nous vîmes, il se retourna, dit bonjour a mon père qui prie la clef et me fis a moi un clin d’œil encore beaucoup plus insistant que toute
a l’heure.

A cette instant le réceptionniste nous dit que la télévision étais a notre disposition pour la soirée, et je voulais lui dire ‘ bien joué’ cet alors que mon père me demanda si je voulais descendre la regarder, je lui répondu que oui mais je voulais monter prendre une douche avant, je parler assez fort justement pour que le réceptionniste et le marocain m’entende. J’ai bien
remarqué qu’il se sont taper la main comme pour dire:

- super bien jouer, il redescendra.

Je sus plus tard, dans une position peut convenable, que le Marocain étais en réalité le patron de L’hôtel. Apres avoir pris une bonne douche et un lavement anal, pour tout vous dire je prenait un malin plaisir a me remplir le ventre avec le tuyau de douche ce qui me permettais en même temps de faire un lavement anal que m’avais appris Daniel mon cher et tendre voisin car je devais offrir une propreté irréprochable.  Quand je sorti de la douche mon père était allongé sur le lit, il écouté le coran sur un magnétophone alors sans bruit je sort de la chambre, il ne me regarde même pas je suis tout en sueur; la douche et la moiteur de l’air mélanger à la chaleur m’avais trempé tout le corps.

J’empreinte le couloir jusqu’aux escalier, je les descend lentement en caressant la rambarde de vieux bois et je déboutonne légèrement ma chemise en jean. Il me reste quelques marche avant d’arrivé en bas prés de la réception ou je vois le marocain qui a encore changer de place pour être cette fois juste en face des escaliers pour bien me voir arrivé. Haie, plus de fauteuil de disponible  et bizarrement il en reste un juste a coté de lui et avec un sourire il m’invite à venir m’assoir. Je l’enjambe, il en profite pour me frôlé les fesses au passage pour brisé la glace et être sur de ce que je suis. Mes yeux sont attiré par une énorme bosse entre ses cuisses que je n’avais pas vue tout a l’heure. Je commencer a me sentir un peux mal a
l’aise, quelques personnes me regarde avec insistance mais ca ne me gêné pas. Le marocain s’approche de mon oreille me dit doucement avec un accents grossier sa main posé sur ma cuisse.

- Ta pas peur, ici personne il dit rien c’est grand secret.

J’avais bien compris le message, lorsque le réceptionniste se présente devant moi avec un verre que je
pense être de la limonade, son sourire était presque une moquerie  puis Il repart vers son comptoir et en
passant derrière il ouvre une porte ou étais inscrit Privée. Il repris sa place et me regarda et d’un clin d’œil me désigne la porte ouverte. Le marocain donna une petite pression sur la cuisse  et me dit:

- Tu allais dedans il y a une pièce avec grand lit, tu déshabille toi et tu attend les messieurs qui arrivent.

Comment peut ton se laisser influencer comme ca ou être dominé juste par la parole ou une voix et offrir
son corps et son âme au diable peut importe qui ils sont, ils ne se
rappelleront même pas de mon visage ni même de mon prénom, malheureusement pour
moi, j’ai besoin de me sentir dominer et d’être métrisé, j’aime qu’on me fasse
mal, ou devoir souffrir ( un peut ) pour leur donner du plaisir.

durant mon existence du passage Hétéro à Homo quelque uns ont voulus me maqué, y en a même qui on essayé de me drogué ou même me faire tapiné dans des coins a pédé, même si des fois  j’ai étais tenté, jamais personne n’y est arrivés.

Pour faire court, j’ai passer une bonne parti de la soirée a recevoir des hommes jeune ou plus âgée a qui je devais donné du plaisir. ils rechercher tous la même chose, vider leurs couilles pleines rempli a ras bord par le temps éloigné loin de leurs femelles et une pulsion les envahissaient, ils avais un cul et une bouche a leurs disposition, fourni gratuitement par la direction de l’hôtel, ils se sentirons mieux pour le reste de leurs voyage.  La majorité d’entre eux  étaient tellement
maladroit que je devais prendre les initiatives et beaucoup faisaient leurs première fois et cela me faisais sourire, au moins j’avais gagner ca, un sourire dans cette torture et même si je me dégouter moi même, je prenais
vraiment beaucoup de plaisir.

à très Vite

Aïcha

 

 

 

Laisser un commentaire

Mittwellness4453 |
Getting A Deal On Spanish P... |
Andersonhjwv |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Shed Body Weight Speedily W...
| tube porno, videos xx, free...
| Daddfd9233